Comment economiser pour sa retraite avec le PERP

Tout savoir sur comment economiser pour sa retraite avec le PERP :

Présentation du PERP

Le PERP est un produit d’épargne à long terme qui permet d’obtenir, à partir de l’âge de la retraite, un revenu régulier supplémentaire. Il a comme finalité la constitution d’une épargne reversée sous forme d’une rente viagère pendant la retraite de l’épargnant. Il peut également être reversé sous forme de capital, à hauteur de 20 %. L’épargne est donc en principe bloquée jusqu’à l’âge de la retraite.

Pour souscrire à un Perp, il faut s’adresser à votre banque, votre compagnie d’assurance, un organisme de prévoyance ou votre mutuelle. Il n’y a pas de condition d’âge spécifique, même si le produit s’adresse particulièrement aux personnes en activité.

Lorsque le souscripteur atteint l’âge de la retraite, l’épargne accumulée est versée sou forme de capital à hauteur de 20% et sous forme de rente viagère à hauteur de 80%. Lorsque le montant de la rente est inférieur à 40 € par mois, l’assuré a la possibilité d’opter pour une sortie totale en capital.

En cas de décès du souscripteur, la rente viagère acquise peut être versée à son conjoint ou à tout autre bénéficiaire désigné dans le contrat, ou encore sous forme de rente éducation à ses enfants mineurs.

Souscrire un PERP revient donc à souscrire un contrat d’assurance-vie présentant quelques particularités comme celles que nous venons d’évoquer.

Autre particularité, le souscripteur peut utiliser l’épargne accumulée pour acquérir sa résidence principale. En effet Le PERP permet également de se constituer une épargne pour acquérir une résidence principale (en accession à la première propriété ou à condition de ne pas avoir été propriétaire pendant les deux ans précédant la retraite), à compter de son départ en retraite ou à l’âge de sa retraite, payable par un versement en capital.

Le bonus fiscal

Dans le cas du PERP, les avantages fiscaux se font sentir durant toute la phase d’épargne. En effet, chaque année, les sommes versées sur un Perp sont déductibles du revenu imposable dans la limite de 10% de celui-ci, avec un minimum de 3.804 euros et un maximum de 30.432 euros pour 2016.

A noter qu’il est possible de verser des sommes supérieures à la limite de 10% de son revenu imposable puisque les droits à verser non utilisés sont reportables pendant trois ans. De même, on peut utiliser les droits de son conjoint ou de son partenaire pacsé.

En conséquence, plus on est imposé, plus l’économie d’impôt sur le revenu est importante. Après le dénouement du contrat, la rente perçue est imposable selon le régime des pensions et retraites.

Il faut savoir que si vous n’utilisez pas le montant de votre réduction fiscale en totalité sur une année, vous aurez la possibilité de reporter le solde l’année suivante et au maximum pendant les 3 années qui se suivent. Les couples mariés ou pacsés peuvent additionner leurs plafonds de déduction et pendant la phase de l’épargne retraite, le capital constitué par le PERP n’est pas soumis à l’ISF. En revanche les rentes viagères issues de l’effort d’épargne du PERP sont imposables.

Les inconvénients du PERP

En tant que placement financier, le PERP a l’inconvénient de l’indisponibilité des fonds ; en effet les fonds sont bloqués jusqu’à l’âge de départ en retraite. Le capital investi est donc indisponible jusqu’à la retraite ou survenance d’évènements malheureux (décès, chômage, …).

C’est un placement de longue durée, si le souscripteur commence les versements à 25 ans, il devra attendre environ 40 ans pour profiter des fruits de son investissement. Par conséquent le PERP est un placement inefficace pour les contribuables jeunes et modestes.

Autre inconvénient est que la rente est imposable au même titre que la retraite soit au barème de l’IR auquel on ajoute les prélèvements sociaux après abattement des 10 %. De plus, la déduction fiscale est efficace seulement pour les ménages fortement imposés.

A noter également que les versements sur le Perp sont plafonnés.

Enfin, le PERP étant un contrat réparti sur une allocation d’actifs, il est possible que le rendement de l’allocation soit très faible, voire négatif.

 

Retrouvez les autres articles du dossier « Comment economiser en plaçant son argent et arrondir ses fins de mois » :

« >> Arrondir ses fins de mois avec la bourse »

« >> Arrondir ses fins de mois avec le livret d’epargne »

« >> Complement de salaire grâce à l’assurance vie »

« >> Arrondir ses fins de mois avec le crowdfunding ou crédit participatif« 

Complement de salaire grâce à l’assurance vie

L’assurance vie est un contrat d’épargne et d’assurance qui permet de se constituer un complément de retraite sous forme de revenus réguliers ou de rente viagère.

Ce placement financier permet de répondre à plusieurs objectifs : faire fructifier son épargne pour pouvoir en bénéficier à terme ou la transmettre à ses proches, tout en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse. Cet article présente les principaux points à savoir pour un complement de salaire grâce à l’assurance vie.

Vous pouvez bénéficier facilement de ces revenus en mettant en place, au moment de la retraite, des rachats partiels programmés qui consistent à retirer une partie de votre épargne avec un montant et une périodicité fixés à l’avance (le cas échéant, jusqu’à extinction du capital) ; ou en convertissant en rente viagère le capital que vous avez accumulé sur votre contrat d’assurance vie. Cette rente viagère vous garantit des revenus réguliers jusqu’à la fin de votre vie.

Les contrats d’assurance vie à annuités variables peuvent apporter un supplément de ressources avec deux atouts majeurs : leur montant minimum est garanti et elles vous seront versées à vie.

Comme son nom l’indique, avant d’être un placement, l’assurance-vie est un contrat d’assurance. Le dénouement du contrat peut se faire au profit de l’assuré, s’il est en vie à l’échéance prévue, ou bien au profit d’un ou plusieurs bénéficiaires désignés au contrat, en cas de décès de l’assuré avant cette même échéance.

Grâce à sa fiscalité peu élevée, l’assurance vie est souvent désignée comme étant LE placement préféré des français. Multifonction, une assurance vie permet au choix de se constituer un capital, de produire des revenus ou de transmettre un patrimoine.

Les différentes formes d’assurance vie

Il existe deux formes d’assurance vie :

  • En cours de contrat : le souscripteur du contrat d’assurance vie effectue des versements ; il peut récupérer son capital à tout moment et recevoir des revenus ;
  • A la sortie du contrat : le capital (ou une rente) est versé au souscripteur s’il est toujours en vie, ou à une autre personne désignée par le souscripteur (le bénéficiaire du contrat) si le souscripteur est décédé.

Selon le type de contrat d’assurance vie choisi, les fonds versés sur le contrat pendant la période d’épargne peuvent être investis en euros (fonds euros), en obligations, ou en divers actifs financiers appelés unités de compte présentant des profils de risque et de rendement variés. L’assurance vie en euros garantissant une protection totale pour le capital investi et l’assurance vie en unités de compte pour investir dans des actions ou de l’immobilier.

Les avantages de l’assurance vie

L’assurance vie présente une multitude d’avantages, et on apprécie particulièrement la liberté dans la manière de placer son argent. Le placement se fait au choix, c’est-à-dire comme on le souhaite, quand on le souhaite et on le retire de la même manière sans avoir de minimum imposé.

  • L’assurance vie est souple et modulable
  • Le mode de versement, la périodicité, les montants versés sont libres (sous réserve de respecter un versement mensuel minimal)
  • Il n’y a pas de plafond aux sommes investies
  • Le capital épargné peut être récupéré à tout moment par des rachats partiels ou un rachat total, à la différence des produits d’épargne retraite comme le PERP ou le contrat Madelin
  • Les arbitrages effectués pour passer d’un fonds à l’autre ne sont pas taxés
  • La fiscalité dégressive du contrat d’assurance vie
  • Pendant toute la durée de votre contrat d’assurance vie, vos gains sont exonérés d’impôt sur le revenu.

Les limites de ce placement

Cependant, l’assurance vie devient avantageuse si vous attendez 8 années minimum.

L’assurance vie est donc un choix pour placer son argent à long terme ! Plus tôt est débloqué une assurance vie, plus d’impôts seront à payer.
L’assurance vie présente de nombreux avantages (souplesse de fonctionnement, fiscalité avantageuse) mais également certains inconvénients (contrat non transférable, sommes non déductibles pour le calcul de l’impôt sur le revenu).En effet l’assurance vie n’est pas transférable d’une banque à l’autre (mais vous pouvez ouvrir autant de contrats que vous voulez).

Autre mauvaise nouvelle, les gains du contrat d’assurance vie sont soumis aux prélèvements sociaux chaque année lors de leur inscription en compte (au taux de 15,5 %).

Et dernière chose, dans la plupart des contrats d’assurance vie, le montant de la rente viagère est calculé lors de la liquidation du contrat d’assurance vie. Pendant la phase d’épargne, vous n’avez donc pas de garantie sur le montant de la rente que vous percevrez une fois à la retraite.

Retrouvez les autres articles du dossier « Comment economiser en plaçant son argent et arrondir ses fins de mois » :

« >> Arrondir ses fins de mois avec la bourse »

« >> Arrondir ses fins de mois avec le livret d’epargne »

« >> Comment économiser pour sa retraite avec le PERP »

« >> Arrondir ses fins de mois avec le crowdfunding ou crédit participatif« 

Arrondir ses fins de mois avec la bourse

Le mot « bourse » peut faire peur, mais pas de panique. On ne vous incite pas à placer votre argent en bourse au hasard, mais de bien vous former avant et surtout privilégier la bourse à long terme.

Pour un horizon d’une semaine, investir en Bourse peut être très rémunérateur. C’est même possible du jour au lendemain, voire à l’intérieur d’une seule séance de Bourse. Mais cela exige d’avoir une solide culture financière, des nerfs d’acier, du temps à y consacrer, de prendre des risques importants et de payer de l’impôt sur la plus-value si l’on opère en dehors du PEA.

Plus spéculatif encore, un placement en Bitcoin ou dans une autre crypto-monnaie, un actif dématérialisé dont l’achat-vente s’effectue en dehors de toute réglementation financière. Soumis à une forte volatilité, le Bitcoin a connu une envolée de sa valeur en 2017 avant de voir son cours s’effondrer des deux-tiers depuis son plus haut atteint mi-décembre 2017.

Les épargnants plus intrépides peuvent aussi placer leur argent directement en bourse via un simple compte-titres (qui permet également d’investir sur des OPCVM), mais attention, ceci implique de s’intéresser de près aux marchés visés (actions, obligations, etc.), de se tenir informé chaque jour de l’actualité économique et financière, d’y dédier du temps, d’avoir le goût du risque porté personnellement, et de savoir gérer le stress, le stress déprimant quand ça baisse, mais aussi le stress grisant quand ça monte. Ainsi, en plaçant votre argent dans des sociétés solides reversant des dividendes, vous pourrez ensuite obtenir les dividendes à la fin de l’année, tous les mois ou tous les trimestres sans rien faire. Vous avez aussi la possibilité de retirer vos actions dès que vous le désirez. Le but étant d’acheter dans des périodes creuses bien sûr pour payer une action à un prix canon afin de gagner sur tous les tableaux.
Enfin, il paraît fortement déconseillé de placer toute son épargne en bourse. Il faut bien avoir en tête que ce type de placement est à considérer sur le long terme et accepter les pertes, potentielles ou effectives, sur le court terme. Le placement direct en bourse devrait donc être réservé non seulement à des connaisseurs impliqués et résistants au stress, mais aussi à ceux qui disposent d’un capital conséquent à placer, ce qui leur permet aussi de diversifier d’autant plus facilement.
Dans tous les cas, si vous désirez placer votre argent en bourse, évitez tout de même de vous lancer seul sans aucune connaissance.

Pour réussir à placer son argent en bourse, voici quelques conseils à suivre :

Se prémunir d’éventuelles pertes d’argent en se constituant une épargne de précaution sur des livrets bancaires.
N’investir qu’une partie de son patrimoine financier est préférable et seulement des sommes qui ne seront pas utilisées prochainement.
Choisir ses supports de placement en fonction de ses attentes, du niveau de risque prêt à prendre et du capital investi.
Diversifier ses placements dans plusieurs entreprises de secteurs différents sur des régions différentes pour limiter les risques.
Miser sur des placements plus ou moins risqués sur le long et le court terme.
Des versements réguliers sont préférables aux gros investissements ponctuels. Cela permet de ne pas subir les variations des marchés financiers et de limiter les risques.

Complement de revenu avec le livret d’épargne

Tout d’abord, vous devez savoir qu’avant de placer votre argent, vous devez impérativement vous constituer une épargne de précaution. Cette dernière va notamment vous permettre de faire face aux imprévus tels que des réparations éventuelles de voiture, une perte d’emploi, ou encore la prise en charge d’un proche. Il faut savoir que si vous ne disposez pas d’une épargne de précaution, votre investissement sera beaucoup plus risqué. Et qui dit précaution, dit livret d’épargne.

Il y a deux types de livrets d’épargne disponibles :

  • les livrets réglementés du type : Livret A/Bleu, PEL, LDD, LEP…
  • les livrets fiscalisés

Ce qui diffère ? La fiscalité du livret bancaire. Les livrets fiscalisés coûtent certes plus cher mais peuvent rapporter plus qu’un livret réglementé ; il existe des livrets qui rémunèrent plus que le livret A (Livret Hello bank, Livret PSA Banque (filiale financière Peugeot Citroën) et Livret Carrefour Banque)…

Globalement un livret d’épargne peut être une bonne solution pour placer son argent car l’argent est utilisable à tout moment et garanti, sécurisé avec un niveau de risque nul. L’autre avantage est au niveau de l’ajustement des versements mensuels pour son épargne en cas de coup dur ou d’imprévus.

Du Livret A, dont le fonctionnement est strictement encadré par les pouvoirs publics, aux comptes sur livret librement commercialisés par les banques ou les établissements de crédit, il existe différents types de livrets d’épargne :

  • Livret A : Produit rémunéré dont les fonds sont disponibles à tout moment. Les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. Toute personne, majeure ou mineure, peut être titulaire d’un livret A mais il n’est pas possible d’en avoir plus d’un. Il est plafonné à 22 950 € et son taux d’intérêt annuel est de 0,75 %
  • Livret de développement durable et solidaire (LDDS) : produit d’épargne rémunéré pour les majeurs ayant leur domicile fiscal en France et les mineurs disposant de revenus personnels et ayant demandé une imposition séparée. Il n’est pas possible d’en avoir plus d’un. Il est plafonné à 12 000 € et son taux d’intérêt annuel est de 0,75 %
  • Livret d’épargne populaire (LEP) : Un compte sur livret d’épargne destiné à aider les personnes disposant de revenus modestes à placer leurs économies dans des conditions maintenant leur pouvoir d’achat. Il est plafonné à 7 500 € et son taux d’intérêt annuel est de 1,25 %.
  • Livret jeune : un produit d’épargne réservé aux jeunes de 12 à 25 ans résidant en France. Il est plafonné à 1 600 € et son taux d’intérêt annuel est librement fixé par les banques, mais est au moins de 0,75 %
  • Compte épargne logement (CEL) : un produit d’épargne rémunéré dont les fonds sont disponibles à tout moment. Il vous permet en plus d’obtenir, sous conditions, un prêt immobilier à un taux privilégié et une prime d’Etat. Avant 2018, les intérêts étaient exonérés d’impôt sur le revenu, mais soumis aux prélèvements sociaux. Depuis 2018 les intérêts des nouveaux CEL sont entièrement fiscalisés et ne vous permettent plus bénéficier de la prime d’Etat. Il est plafonné à 15 300 € et son taux d’intérêt annuel est de 0,50 %
  • Plan épargne logement (PEL) : une épargne bloquée qui vous permet d’obtenir des intérêts et, sous conditions, un prêt immobilier et une prime d’État. Avant 2018 les intérêts du PEL étaient exonérés d’impôt sur le revenu, mais soumis aux prélèvements sociaux. Depuis 2018 les intérêts des nouveaux PEL sont entièrement fiscalisés et ne vous permettent plus de bénéficier de la prime d’État. Il est plafonné à 61 200 € et son taux d’intérêt annuel est de 1%
  • Plan d’épargne retraite populaire (Perp)
  • Livret d’épargne bancaire : Un livret d’épargne est un compte sur lequel les sommes laissées en dépôt produisent des intérêts tout en restant disponibles. Contrairement aux livrets réglementés, il n’y a pas de plafond de dépôt ou de montant maximum à ne pas dépasser pour les livrets d’épargne et Les taux d’intérêt des livrets d’épargne sont fixés librement par les établissements bancaires
  • Compte à terme (CAT) : (ou dépôt à terme) est un compte d’épargne qui offre un taux d’intérêt attractif à condition que les sommes déposées restent indisponibles pendant un certain temps.

Le principal avantage de cette catégorie de placements est de conserver à tout moment la disponibilité des fonds. L’inconvénient, en contrepartie, c’est un rendement faible.

Tous ces produits commercialisés par les réseaux bancaires ont un point commun : le mode de calcul de leur rémunération. Leurs intérêts sont déterminés selon une unique règle, celle du calcul des intérêts à la quinzaine. Maîtrisé, ce mécanisme peut permettre au détenteur d’éviter de perdre du rendement sur ses produits d’épargne. Mieux vaut donc agir en conséquence en choisissant la date de versement qui présente le plus d’intérêt pour maximiser la rémunération des sommes d’argent déposées.

Sur la plupart des livrets proposés, qu’ils soient fiscalisés ou non, les versements sont totalement libres. Pour autant, la date de dépôt de vos avoirs revêt une importance primordiale. La règle des intérêts à la quinzaine consiste à prendre en compte les sommes présentes sur un livret en début de chaque quinzaine, soit le 1er ou le 16 de chaque mois pour calculer les revenus de l’épargne. Ainsi, des versements effectués le 2 du mois ne produisent des intérêts qu’à compter du 16 et les dépôts réalisés le 20 du mois que le 1er du mois suivant.

Quelques conseils :

– Il faut d’abord éliminer toutes les offres comprenant des frais de gestion, privilégier les livrets permettant de bénéficier d’un bon taux de rémunération et les livrets garantissant zéro risque pour l’argent investi.
– Il ne faut prendre que les livrets bancaires où l’argent est entièrement disponible.
– Utiliser des comparateurs de livrets bancaires avant de faire votre choix

Retrouvez les autres articles du dossier « Comment economiser en plaçant son argent et arrondir ses fins de mois » :

« >> Arrondir ses fins de mois avec la bourse »

« >> Complement de salaire grâce à l’assurance vie »

« >> Comment économiser pour sa retraite avec le PERP »

« >> Arrondir ses fins de mois avec le crowdfunding ou crédit participatif »

 

 

Comment economiser en plaçant son argent et arrondir ses fins de mois

Faire fructifier ses économies peut être un bon complement de salaire. On a souvent tendance à penser qu’il faut deja avoir un bon pécule pour considérer des produits de placement et ainsi arrondir ses fins de mois, mais aujourd’hui, il existe de nombreuses options vous permettant de placer votre argent quelque soit l’apport. Et ce, quel que soit le montant que vous avez, votre niveau d’ambition et le niveau de risque que vous souhaiterez prendre. Découvrez les possibilités et choisissez l’option la plus judicieuse pour arrondir vos fins de mois grâce à vos économies.

Avant de commencer, il faut savoir que le meilleur placement n’est vraiment le meilleur que pour une personne donnée, dans un contexte donné et pour un objectif donné. Oubliez donc toutes les annonces publicitaires que vous pouvez recevoir dans votre boite mail pour des investissements miracles.

Une fois cette idée bien digérée : quel est le meilleur placement pour moi ? et afin d’y répondre, le mieux est de commencer par définir son objectif ou se demander pourquoi veut on placer cette somme d’argent ?

Définir ses objectifs

Les objectifs d’investissements sont une variable importante dans l’équation qui façonnera votre choix. Et les objectifs possibles pour un placement financier sont divers et variés. Que ce soit pour de la sécurisation, de la constitution d’une réserve, pour un projet, pour la retraite ou pour la succession, il y a toujours un objectif pour un placement d’argent.

Une fois qu’on aura défini quel est l’objectif principal (et éventuellement quelques objectifs secondaires) du placement financier envisagé, on pourra décider d’autres caractéristiques comme la quantité d’argent à placer, en une fois ou à intervalles réguliers et encore l’horizon de placement : à quel moment souhaitera-t-on pouvoir disposer à nouveau de l’argent placé ? Le niveau de risque accepté (car oui, pour espérer gagner de l’argent aujourd’hui, il faut accepter de prendre des risques) et rendement recherché.

Se poser les bonnes questions

Une fois qu’on aura défini quel est l’objectif principal (et éventuellement quelques objectifs secondaires) du placement financier envisagé, on pourra décider d’autres caractéristiques.

La quantité d’argent à placer :

Il est primordial de bien définir à l’avance la somme exacte à investir. En effet vous ne choisirez pas les mêmes types de placements si vous avez 1 000€ ou 100 000€ à investir, vous n’opterez pas pour les mêmes produits financiers. Ayez une idée claire sur le payement de ce capital, en une fois ou à intervalles réguliers.

L’horizon de placement

A quel moment souhaitera-t-on pouvoir disposer à nouveau de l’argent placé ? Demandez-vous systématiquement dans quel délai l’argent de votre placement financier devra pouvoir être disponible. Certains placements « immobilisent » votre épargne pendant plusieurs années. En cas d’imprévu, il est impératif d’avoir constitué par ailleurs une épargne de sécurité mobilisable rapidement et sans perte.

Le niveau de risque accepté

Car oui, pour espérer gagner de l’argent aujourd’hui, il faut accepter de prendre des risques. Si vous êtes allergique au risque et que la sécurité est votre priorité, vous opterez plutôt pour des livrets réglementés, ou de l’assurance-vie investie sur des  » fonds en euros « ‚mais vous devez vous attendre à une rentabilité moindre.

Rendement recherché

Si vous acceptez de perdre une partie de votre investissement ou si vous pouvez patienter jusqu’à ce que les marchés s’améliorent, vous pouvez opter pour un type de placement bancaire plus risqué mais offrant une meilleure perspective de rentabilité, comme par exemple les actions, ou l’assurance-vie investie en  » unités de comptes « .

Que vous ayez 1 000€, 10 000€ ou encore 100 000€ à investir, vous évaluerez la pertinence d’un placement selon un équilibre rendements/risques. On distingue généralement trois types de profil investisseurs : le prudent (caractérisé par une forte aversion du risque et qui cherche des risques faibles), l’équilibré (il peut envisager une perte partielle pour des rendements plus importants) et le dynamique (aversion du risque faible).

Du risque faible au risque élevé, la définition de ces caractéristiques vous aidera à clarifier votre objectif et vous aidera à faire le bon choix de placement.

Le meilleur placement pour sa feuille d’impôt

Tous les placements financiers ne s’accompagnent pas des mêmes règles fiscales. Certains placements voient leurs revenus imposés, tandis que d’autres ouvrent au contraire droit à des avantages fiscaux, généralement après une période de détention obligatoire pour bénéficier pleinement de ces avantages (8 ans pour l’assurance vie par exemple). Le meilleur placement financier que vous choisirez sera donc régi par des règles fiscales adaptées à votre niveau d’imposition.

Voir également :

« >> Arrondir ses fins de mois avec la bourse »

« >> Arrondir ses fins de mois avec le livret d’epargne »

« >> Complement de salaire grâce à l’assurance vie »

« >> Comment économiser pour sa retraite avec le PERP »

« >> Arrondir ses fins de mois avec le crowdfunding ou crédit participatif »

Il existe d’autres options de placement bien sûr, vous pouvez ajouter celles auxquelles vous pensez en commentaire.