Complement de salaire : arrondir ses fins de mois avec l’économie collaborative

La France devient un pays onéreux et Paris fait la course en tête des classements des villes les plus chères au monde. D’une façon probablement liée, les Français se tournent massivement vers l’économie collaborative comme source de complement de salaire. Mais ce mode de consommation nous-permet-il vraiment de faire des économies / arrondir ses fins de mois ? Nous avons creusé afin de vous éclairer sur ce sujet.

Tout d’abord les chiffres et l’ampleur du phénomène

L’économie collaborative n’est pas un phénomène de niche. Cette tendance touche une grande majorité de la population ; selon une étude du CSA réalisée pour le compte de l’organisme de crédit à la consommation Cofidis, la majorité de la population française (95%) a déjà eu recours au moins une fois à l’économie collaborative (covoiturage, location de biens…) et 81% ont déjà proposé une prestation pour compléter leurs revenus (revente de produits, location de leurs biens…). L’étude nous informe également que 62% des français en sont même des consommateurs réguliers.

Arrondir ses fins de mois grâce à l’économie collaborative

Selon l’étude du CSA, la consommation collaborative ferait économiser 495 euros par an aux Français. En favorisant l’échange de biens et de services entre particuliers, l’économie collaborative gonfle le pouvoir d’achat des consommateurs. Alors que les Français capitalisent en moyenne, 495€ par an.

Les principaux usages permettant aux français de compléter leur salaire grâce à l’économie collaborative :

  • Louer un véhicule entre particuliers
  • Ventre ou louer ses vêtements.
  • Louer du matériel de bricolage, des accessoires pour la voiture (coffre de toit, porte-vélo, siège enfant, etc.), ou des biens culturels (livres, CD, DVD, etc.)
  • Monétiser ses connaissances en donnant des cours ou publiant des formations en ligne
  • Vendre ses créations (bijoux, objets, etc…)
  • Louer une résidence pour les vacances.
  • Monétiser son temps et ses talents grâce au jobbing…

Mais la liste ne s’arrête pas là…

PS : lisez l’article sur le top 5 des idees pour complement de salaire

Complement de salaire indirect

L’impact de l’économie collaborative sur le pouvoir d’achat ne s’arrête pas là ; cette tendance permet également de réaliser des économies importantes sur ses achats, et donc d’arrondir ses fins de mois :

  • Acheter ses produits à des producteurs locaux (fruits, légumes…)
  • Acheter groupé des biens et services
  • Echanger ou utiliser le troc plutôt qu’acheter
  • Indemniser un voisin plutôt que se saigner pour faire venir un plombier

Sur le terrain du collaboratif, les tricolores explosent les scores !

Ces pratiques sont plus fréquentes chez une majorité d’Européens (51 %) et les Français sont au-dessus de la moyenne, sauf sur l’échange de produits. La France reste en tête de classement d’Europe des achats d’occasion grâce à des plateformes comme LeBonCoin. Les citoyens français se révèlent être de fervents utilisateurs et acteurs de ces nouveaux moyens de consommer.

Les jeunes de la génération Y et les CSP+ (jeunes, cadres et professions libérales) sont les plus concernés et apparaissent clairement comme les moteurs de ce modèle.

Leur motivation principale est pour 87 % d’entre eux de faire des économies et pour 76 % d’entre eux d’arrondir leurs fins de mois. On peut également souligné parmi les motivations le besoin de se sentir utile et de consommer de façon plus respectueuse de l’environnement et enfin créer plus de liens, aller vers les autres…

Autre renseignement, alors que 25% des français pensent que les pratiques de consommation collaborative pourraient constituer une part importante de ses revenus à l’avenir, cette proportion monte à 40% sur le segment des jeunes.

De quoi entrevoir encore beaucoup de potentielle pour cette nouvelle économie !

 

Comment faire des economies en décidant de changer de ville ?

Dans quelle ville auriez-vous le plus fort pouvoir d’achat ? Les écarts de coût de la vie dans les différentes agglomérations françaises sont importantes, jusqu’à 20% et globalement la France n’est pas dans le haut du classement quand on regarde tous pays confondus. Alors, faites tourner le globe et choisissez votre prochain lieu de vie !

N’êtes vous pas curieux de savoir dans quelle ville vous pourriez profiter au mieux de la vie ? Pouvoir vous accorder un maximum de loisirs grâce à des loyers plus abordables, des courses moins chères… Le rêve de tous !

Voici donc pour alimenter vos rêves et projets, un comparatif des villes françaises et une mise en perspective internationale pour choisir votre prochaine terre d’accueil. Cet article se base sur :

  • les statistiques Statisa de 2015
  • une étude de 2016 d’Adzuna, un moteur de recherche d’emploi présents dans plusieurs pays dans le monde

Comment faire des economies en changeant de ville en France

Le top 10 des villes en France classée par pouvoir d’achat est le suivant, Paris indice 100 pour rappel :

  • Marseille (119.6)
  • Lille (105.5)
  • Nantes (103.1)
  • Nice (101.7)
  • Toulouse (101)
  • Paris (100)
  • Lyon (100)
  • Grenoble (97.4)
  • Rennes (97.3)
  • Bordeaux (95.8)

Paris n’est étonnamment pas la ville la plus chère et se classe mieux que Lyon, Grenoble et Bordeaux. La raison étant que les rémunérations sont proportionnellement plus importantes à Paris que dans ces villes par rapport au coût de la vie.

Comment faire des economies en déménageant à l’étranger

Selon Statista, voici le classement des villes les plus attractives dans le monde pour le pouvoir d’achat (New York index 100) :

  • Luxembourg (134.3)
  • Zurich (130.5)
  • Geneve (127.5)
  • Miami (122.1)
  • Los Angeles (116)
  • Nicosie (106.7)
  • Vienne (106.5)
  • Munich (104.2)
  • Sydney (104.2)
  • Montreal (102.6)
  • Francfort (102)
  • Berlin (101.9)
  • Chicago (101.1)
  • New York (100)
  • Paris (92.4)

Pour prolonger l’analyse

En 2017, Deutsche Bank a publié son étude « Mapping the World’s Prices 2017 » dans lequel il est introduit d’autres dimensions que les salaires et le coût de la vie. De façon assez intéressante, l’étude intègre également les critères suivants :

  • Pollution
  • Climat
  • Trafic
  • Santé
  • Sécurité

Il ressort de ce rapport que les villes dans lesquelles il fait le mieux vivre sont les suivantes :

1. New Zealand ; Wellington
2. United Kingdom ; Edinburgh
3. Austria ; Vienna
4. Australia ; Melbourne
5. Switzerland ; Zurich
6. Denmark ; Copenhagen
7. Canada ; Ottawa
8. United States ; Boston
9. Netherlands ; Amsterdam
10. Australia ; Sydney
11. Finland ; Helsinki
12. Germany ; Berlin
13. New Zealand ; Auckland
14. Canada ; Toronto
15. Portugal ; Lisbon
16. Spain ; Madrid
17. South Africa ; Cape Town
18. United States ; San Francisco
19. Czech Republic ; Prague
20. Sweden ; Stockholm

Paris n’apparait qu’en trentième position, et à noter qu’avec deux villes chacun dans ce top 20, la Nouvelle Zélande, l’Australie et l’Allemagne sont des pays où il semble faire bon vivre !